La Presse

lapremiere-1400x1400

Podcast La Premiere: Utopia du 06/1/2013

Pour une rentrée alternative : la méthode Steiner

 

logo_notele

Ouverture d’une nouvelle école Steiner à Templeuve.

Depuis la rentrée scolaire,une nouvelle école primaire et maternelle s’est ouverte à Templeuve dans l’ancien couvent de la Providence. Cette école à la pédagogie particulière s’inscrit dans le mouvement Steiner, et figure parmi les rares établissements de ce type en Europe. Voici plusieurs années déjà que des parents avaient ouvert une école associative maternelle Steiner à Chercq. Cette nouvelle implantation permet ainsi de répondre aux attentes de plusieurs familles. Reportage de Christian Dubois et Bruno Broutin.

Sachez aussi que pour assurer les coûts de fonctionnement de l’école, les enfants vous invitent au grand marché de Noël qu’ils organisent ce samedi durant toute la journée au couvent de la Providence. Une occasion de leur rendre visite et de soutenir ce projet.

 

LogoLavenirNet-2012

Une école unique en son genre.

L’école Steiner compte quelque neuf cents écoles à travers le monde, dont 640 en Europe. Depuis une quinzaine d’années, elle est bien implantée dans le Tournaisis par le biais de l’association de parents «L’enfance de l’art». Au premier «Jardin d’enfants» créé en 1997, se sont ajoutés une crèche (rue des Croisiers à Tournai) en 2011, et son école primaire à l’occasion de la rentrée scolaire dernière.

Les parents s’investissent

Dans une partie des bâtiments de l’ancien couvent (et pensionnat) de la Providence, des membres de l’équipe pédagogique et de nombreux parents s’affairent en fonction de leurs compétences pour faire des lieux des endroits accueillants et conviviaux : décoration, peinture, bricolage, couture, menuiserie, jardinage… «L’investissement des parents dans le projet est important», insiste Brigitte Jurdant, qui fut à l’origine des premiers Jardins d’Enfants à Tournai voici une quinzaine d’années. La pédagogie Waldorf-Steiner a séduit de plus en plus de parents au point que la création de l’école primaire est devenue une évidence. L’établissement vient tout juste d’obtenir sa reconnaissance par la Communauté française, grâce au travail administratif assidu d’un groupe de parents.

Un programme scolaire propre

Lundi s’ouvrira la deuxième année primaire. Dans la classe d’à côté seront regroupés les élèves de 3e , 4e , 5e et 6e années. Au total, l’école accueillera une vingtaine d’enfants en primaire et quasiment autant en maternelle.

Un nombre suffisant d’élèves pour bénéficier de subventions publiques. «Mais ce n’est pas suffisant en raison de notre spécificité. On ne peut pas réclamer d’argent aux parents, mais on leur demande de s’impliquer dans l’organisation d’activités destinées à récolter un peu d’argent, et on sollicite d’éventuels dons pour poursuivre notre projet».

L’école Steiner fera l’objet d’inspections scolaires, comme tous les autres établissements. «Mais nous avons notre propre programme scolaire», insistent les enseignants, qui tiennent à la spécificité de leur école. L’école de Court-Saint-Étienne, pionnière de la pédagogie Steiner dans notre pays, a beaucoup débroussaillé le terrain auprès de la Communauté française; et obtenu notamment de pouvoir éviter deux des trois socles de compétences (ceux de fin de deuxième et de fin de quatrième) durant les six années de primaire. «Il a fallu démontrer que ce n’était pas un caprice. Finalement, nos élèves devront juste se soumettre aux examens du CEB à la fin de la sixième primaire. La reconnaissance, c’est une bonne nouvelle, mais nous devons prendre garde à garder notre identité».

Les parents y veillent. Ils sont tellement impliqués à la vie quotidienne de l’école, en participant à l’aménagement des locaux, au ménage, à la préparation de la soupe, à l’entretien des toilettes sèches et du compost… «Les enfants sont très fiers de leurs parents, et du coup ils ont tendance à respecter leur lieu de vie».

logo_nordeclair

En septembre à Templeuve: une école primaire sans points, ni bulletins

Rédaction en ligne

1137304328_ID6491178_webecole_templeuve_copier_H36CNC_0

C’est une école primaire d’un genre nouveau qui ouvrira ses portes à la rentrée prochaine à Templeuve. On y pratiquera la pédagogie Steiner-Waldorf: un enseignement où la personnalité de l’enfant prime vraiment sur tout le reste.

L’école doit s’installer sur le site de la “ Providence ”, un ancien internat. La pédagogie qu’on y pratiquera est en dehors des normes, et c’est peu de dire…

Résumons. Schématiquement, selon cette conception, développée à partir des théories du philosophe Rudolf Steiner (1861-1925), l’enfant n’a pas à être éduqué pour servir les besoins de la société actuelle et ainsi la perpétuer, mais doit être révélé à lui-même, dans ce qu’il a de meilleur, pour construire demain une société plus juste et harmonieuse.

En mots, c’est simple à réaliser: il suffit de remplacer les notions d’ambition, de compétition ou de crainte par celles de liberté, de confiance et d’enthousiasme… Donc, pas question de points ou de bulletins pour hiérar chiser les écoliers.

Et sur le terrain? Eh bien, on peut déjà s’en faire une petite idée. Car si l’école primaire n’ouvrira ses portes qu’en septembre, la pédagogie “ Steiner-Waldorf ” est déjà implantée depuis une dizaine d’années en Wallonie picarde: il existe une crèche (“ Le petit Jardinet ”, à Tournai) et surtout une école maternelle, installée à Chercq, dans le calme verdoyant du village en bordure de l’Escaut.

Actuellement, 38 bambins sont accueillis dans le jardin d’enfants qui porte bien son nom puisqu’il s’agit surtout d’un grand terrain d’aventures. On y touche la terre, les feuilles des arbres, on taille des branches et on cuit même du pain sur un feu de bois…

Certains des enfants du jardin seront parmi les pionniers qui inaugureront en septembre la nouvelle école primaire de Templeuve.

Pour en savoir plus, une conférence est organisée le samedi 2 juillet dès 15h sur le site de la future école, à Templeuve. Un fléchage sera mis en place depuis le parking du centre culturo-sportif, à la rue de Roubaix.